Médecine Esthétique : injections
Médecine Esthétique Injections de Botox et Acide Hyaluronique
Epilation laser
Epilation laser Tous types de peaux

Contact

La toxine botulique ou Botox®

La toxine botulique (nom commercial Botox®) , est employée couramment depuis une trentaine d’années pour soigner diverses affections : traitement du strabisme et du blépharospasme (contraction involontaire des muscles des paupières) , problèmes neurologiques et cardiaques.

L’usage de la toxine botulique en médecine esthétique pour le traitement des rides a fait son apparition en 1989. La France a autorisé son utilisation à partir de 2003. Les résultats obtenus après traitement par Botox® pour l’élimination des rides et des sillons du visage, apparaissant sous l’action des mouvements musculaires répétés, sont parmi les plus spectaculaires de la médecine esthétique.

Ce n’est que par la suite que l’action antirides du Botox® a été découverte. On doit cette constatation à une ophtalmologiste canadienne qui utilisait le produit pour enrayer les spasmes oculaires et a observé chez ses patients la disparition des rides autour des yeux. C’est aujourd’hui le traitement phare en médecine esthétique de par le monde.

Qu’est-ce que le Botox® ?

À la base du produit injectable, on utilise une neurotoxine produite par la bactérie Clostridium botulinum, appelée encore toxine botulique. La neurotoxine est composée de deux chaînes d’acides aminés, une légère et une lourde.

Son action neurotoxique empêche les muscles de libérer une substance chimique lui permettant de se contracter, ce qui entraîne sa paralysie. Une très faible quantité de produits permet ainsi de minimiser les contractions musculaires responsables de la formation des rides.

Pour quelles indications utilise-t-on le Botox® en médecine esthétique ?

La rapidité d’action du Botox® provoque un effet rajeunissant qui peut être spectaculaire. On obtient un effet lifting par le relâchement musculaire qui atténue visiblement les rides secondaires. Dans la partie supérieure du visage (front, espace entre les sourcils et pourtour des yeux) , les rides apparaissent avec la contraction répétée des muscles. Dans la partie inférieure du visage (joue, sillons naso-géniens, pourtour de la bouche) , les rides sont dues à la perte du collagène au niveau du derme, qui vient en soutien de la peau superficielle.

Le plus fréquemment, on utilise le Botox® pour traiter la ride du lion (entre les sourcils) , les rites de la patte d’oie (autour des yeux) , les rides du front et celles du bas du visage (autour des lèvres ou du cou). Son action est efficace sur la relaxation des muscles du cou dont la contraction provoque la formation de cordes qui descendent du menton aux clavicules.

C’est dans le muscle que la toxine botulique est injectée à la différence de l’acide hyaluronique qui vient en comblement de la ride elle-même.

La séance d’injection de Botox®

Nul besoin d’anesthésie pour la séance, simple et indolore, qui ne prend que 15 minutes. À l’aide d’une aiguille fine, dont la piqûre est ressentie sans réelle douleur, votre dermatologue injecte une dose extrêmement diluée de toxine de type A purifiée BTX–A. Aucune perte de sensibilité n’est à redouter au point d’injection, seules les zones injectées sont touchées par le produit qui ne se diffuse pas dans les autres parties du visage, ni, ne touche les nerfs sensoriels.

Quelques heures seulement après traitement, le produit se décompose en sous-produits naturels. Les premiers effets sont visibles après deux ou trois jours et se stabilisent après 15 jours, délai après lequel une visite de contrôle permettant d’éventuelles retouches est programmée.

Afin d’éviter tout saignement, il est déconseillé de prendre de l’aspirine dans les 15 jours précédant l’injection et dans les 15 jours qui suivent.

L’effet de la toxine botulique dure environ six mois. Après ce temps écoulé, une nouvelle injection est possible. L’avantage de la répétition des injections et d’augmenter la durabilité des effets : la paralysie prolongée des muscles responsables du creusement des rides rendant leur formation plus lente.

Très peu d’effets secondaires sont à signaler et quoi qu’il arrive, ils sont réversibles. De légères ecchymoses, dissimulables par un maquillage couvrant, peuvent apparaître ainsi que des petites rougeurs ou un léger gonflement. De rares patients signalent de légers maux de tête passagers. La plupart ne déplorent aucun trouble.

Aucun risque sur le plan nerveux ou sur le plan général n’est à craindre avec l’utilisation de la toxine botulique en médecine esthétique, qui utilise des doses 10 fois inférieures à celles pratiquées pour traiter les affections musculaires.

Les femmes enceintes ou allaitantes, les patients atteints de myasthénie ou de sclérose latérale amyotrophique ne doivent pas recevoir d’injection de Botox®.