Médecine Esthétique : injections
Médecine Esthétique Injections de Botox et Acide Hyaluronique
Epilation laser
Epilation laser Tous types de peaux

Contact

Le plasma riche en plaquettes ou PRP

Présentation du PRP

Le PRP ou plasma riche en plaquettes est utilisé en médecine esthétique pour la lutte contre la chute des cheveux. Il s’agit d’injecter dans la zone souhaitée les plaquettes sanguines du patient qui ont été prélevées au préalable lors d’une prise de sang. En effet dans le sang, on retrouve trois types de cellules :

• Les globules rouges : ils transportent l’oxygène des poumons vers les cellules et le gaz carbonique des cellules jusqu’aux poumons.

• Les globules blancs : leur rôle est d’assurer la défense immunitaire de notre organisme.

• Les plaquettes sanguines : elles transportent des facteurs de croissance qui revitalisent et peuvent régénérer les tissus.

Ce sont donc les plaquettes séparées par une centrifugeuse qui vont être intéressantes dans la médecine esthétique grâce à leurs propriétés régénérantes.

Ainsi, pour les cheveux, les follicules peuvent être réactivés grâce à une injection de PRP. Redevenus opérationnels, ils recommencent à produire les cheveux. Cette régénération induite par les facteurs de croissance dynamise l’ensemble du cuir chevelu en agissant également de façon bénéfique sur la production de collagène par l’organisme au niveau de l’épiderme.

S’agissant des propres cellules du patient, il n’existe donc aucun risque de rejet. Le traitement s’adresse tout autant aux hommes qu’aux femmes et peut corriger une perte de cheveux temporaire ou freiner efficacement une chute de cheveux de type génétique chez les hommes.

La séance de PRP

Le docteur Dbouk va réaliser au préalable une prise de sang au niveau du bras afin de récupérer la quantité nécessaire au traitement. Pour cette prise de sang, le patient doit être à jeun. Ce sang va être passé dans une centrifugeuse afin de séparer les plaquettes du reste des composants du sang qui ne seront pas utiles pour le traitement.

Une fois le plasma riche en plaquette prêt, le docteur va réaliser de petites injections avec le PRP dans les zones à traiter, au niveau du cuir chevelu pour réactiver les follicules pileux et agir sur l’alopécie.

La séance dure environ une vingtaine de minutes. Suivant les résultats souhaités et la réponse de l’organisme à l’injection des plaquettes, il faut compter de 1 à 3 injections séparées de 2 mois pour obtenir des résultats. Mais ces facteurs peuvent varier d’un patient à l’autre, puisque chaque personne est unique.

Les résultats du traitement

Après le traitement, on constate une diminution de la perte capillaire et une repousse ou une densification des cheveux plus ou moins importante en fonction du patient. En effet, le PRP agit sur la densité de la chevelure grâce à la revitalisation des cheveux par l’accroissement de leur diamètre et à l’augmentation du nombre de cheveux au cm2 sur les zones traitées.

Le PRP a l’avantage de pouvoir remplacer des traitements médicamenteux souvent contraignants, présentant d’éventuels effets secondaires gênants.
Afin d’être efficace sur le long terme, les séances de PRP doivent être pratiquées régulièrement tout au long de l’année au rythme de 4 à 6 environ.

Le PRP n’est pas un traitement invasif et les suites sont légères tout au plus quelques rougeurs et petits gonflements aux points d’injection qui disparaissent rapidement. Ce traitement n’engendre donc pas de gêne sociale.

Contre-indications du PRP

Comme tous les traitements esthétiques, il existe des contre-indications au traitement par PRP.

Deux semaines avant et deux semaines après les injections il ne faut pas avoir pris de traitement anti-inflammatoire.
La cryothérapie est à proscrire également pendant les deux semaines qui suivent le traitement.

D’éventuels symptômes doivent donc être signalés au docteur Dbouk comme :

•    de la fièvre ;

•    une infection ;

•    une réaction cutanée ;

•    une maladie sanguine ;

•    une anémie en vitamine B12 ;

•    une anémie en acide folique ;

•    un taux de plaquette inférieur à 100 000 par mm³ ;

•    une allergie médicamenteuse ;

•    une allergie à l’iode ;

•    toute prise de médicaments surtout l’aspirine ou des anti-coagulants les jours avant votre séance.

Le traitement est aussi contre-indiqué aux femmes enceintes par principe de précaution.